Dois artistas « Au-delà du spectacle »

Dois artistas « Au-delà du spectacle » :

Douglas Gordon:

The third large projection, Between Darkness and Light (1997).

Douglas Gordon – Confessions of a Justified Sinner

Doug Aitken:

Doug Aitken, These Restless Minds (1998)

Electric Earth (1999)

ARTE E POLÍTICA – RANCIÈRE

http://www.cairn.info/revue-actuel-marx-2006-1-page-193.htm

Politique et esthétique

Entretien réalisé par Jean-Marc Lachaud le 30 novembre 2005

« Au-delà de spectacule »

« Les arts fonctionnent toujours en définissant des formes d’expérience décalées; ce ne sont donc pas des oeuvres particulières qui définissent des capacités de subjectivation politique. Celles-ci se nourrissent de la constitution de nouvelles expériences du sensible, de la reconfiguration du temps, de l’espace, du je, du nous… qui circulent à travers les arts, sans jamais pouvoir s’identifier au message d’un art militant, dont l’efficacité suppose, le plus souvent, une adhésion préalable aux messages transmis. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation paradoxale. Il y a un déficit de subjectivation politique et, de ce fait, une tentation de penser les pratiques artistiques comme des formes substitutives. Dans les années 60, il s’est créé une forme de circulation entre les pratiques de la performance artistique et celles de l’action politique. Les arts, aujourd’hui, essaient souvent de vivre sur cet héritage, mais dans un contexte où s’affirme la défection des grands systèmes d’explication et des mots d’ordre fédérateurs. On associe rétrospectivement aux provocations artistiques une capacité politique en oubliant souvent que c’est l’existence de mouvements politiques qui leur donnait leur visibilité et les codes de leur interprétation.

« Les pratiques artistiques vivent encore souvent sur ce schéma, mais celui-ci est désormais délesté d’un horizon d’espérance historique collective. Les formes artistiques sont ainsi orphelines. D’une part, persiste (dans des expositions telles que Au-delà du spectacle), l’idée d’un art qui prétend être une critique du pouvoir de la marchandise, de l’emprise du spectacle. Mais comme ceux-ci ne sont plus un mystère pour personne, ces dispositifs tournent en rond, fortifiant l’image de l’artiste sans produire la moindre politique. D’autre part, il y a une transformation immédiate des lieux de l’art et de certaines manifestations artistiques en lieux et actions politiques. C’est un fait que les galeries et les musées sont parfois des lieux où se discutent des enjeux politiques mondiaux, peu discutés au sein des Parlements ou des partis politiques. En conséquence, les lieux de l’art se pensent comme des lieux de circulation permanente de l’information politique, voire comme des lieux de production d’actions politiques. Ces performances se situent dans un espace ambigu entre le monde propre de l’art et le terrain d’affrontement des grands de ce monde ».

 

Anúncios

Deixe um comentário

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair / Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair / Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair / Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair / Alterar )

Conectando a %s

%d blogueiros gostam disto: